CHIMIE

Employeurs et syndicats négocient actuellement la Convention collective nationale de la chimie (CCNIC). L’enjeu sera de compléter au mieux la législation du travail par des dispositions propres au secteur.

La Chimie CFE-CGC, comme une large majorité des partenaires sociaux, a choisi pour cet objectif le dialogue plutôt que le rapport de force. Elle s’attache à trouver pour les salariés des conditions de travail stables et dignes dans un environnement sécurisé, prérequis indispensable pour un développement durable des entreprises.

 Cette démarche de responsabilité est-elle partagée par les représentants patronaux ? La Chimie CFE-CGC peut en douter ! Avec la CGT et FO, elle avait fait parvenir à La Chambre patronale de la chimie (UIC) un projet d’accord en commission paritaire prévoyant l’impossibilité pour les entreprises de déroger aux dispositions prévues par la CCN touchant aux conditions de travail (primes, maintien du salaire en cas de maladie, indemnités de départ, maintien du CHSCT…). Une proposition que la partie patronale rejette au prétexte qu’elle ne correspondrait pas à l’esprit des ordonnances de la réforme du droit du travail.

Dans la chimie, la CFE-CGC a accepté un accord dans lequel la valeur du point est augmentée de 0,8% en 2017 en deux étapes :
-8,10 euros au premier janvier 2017
-8,12 euros au premier avril 2017
Cette augmentation sera uniforme quelque soit le barème dans la classification pour 38 heures par semaine

Dans la plasturgie, la CFE-CGC a accepté un accord dans lequel la valeur du point est augmentée de 1% au premier janvier Cette augmentation sera uniforme, quelle que soit la classification.

La CFE-CGC Chimie vient de signer l’avenant permettant de réduire la voilure quant au financement par l’OPCA Défi de la professionnalisation dans la branche Chimie. Cette adaptation, rendue nécessaire par un fort développement des actions de formation au cours de l’année 2016, va permettre de poursuivre le développement des compétences des salariés des Industries Chimiques en cadrant au mieux les priorités de financement.
L’intérêt est partagé entre les salariés, qui accroissent leur employabilité et bénéficient de l’ascenseur social, et l’entreprise qui voit sa compétitivité améliorée.
A l’heure où l’utilisation de l’argent de la formation professionnelle est tant décriée par quelques ignares des mécanismes de son fonctionnement réel, la CFE-CGC Chimie tient à saluer le sérieux de la politique de la branche Chimie quant à l’utilisation pilotée de la collecte au sein de l’OPCA Défi.

Formation
La CFE-CGC a signé l'accord formation avec la CFDT et FO. Le point dur des négociations a été de faire respecter les principes d'application du Compte Personnel de Formation (CPF), l'UIC ayant clairement montré la volonté patronale d'utiliser ce nouvel outil de la formation de manière dévoyée (comme cela a été fait pour le DIF) dans le cadre du plan de formation. Les DS de la chimie doivent être très vigilent sur ce point dans leur entreprise.


Salaires
Pour la CFE-CGC, le faible niveau d'inflation était l'occasion de diminuer le complément de salaire des avenants 1 en augmentant sensiblement la valeur du point. Il était également possible de redonner une bouffée d'oxygène à l'encadrement en augmentant celui-ci plus que le PMSS (1,3%).
L'UIC est arrivée (en fin de négociation !) péniblement à un 0,6%, occultant même pour la première fois l'hypothèse de base qu'a toujours été l'inflation prévisionnelle de la loi de finance (0,9%). Elle n'avait pas le mandat !
En finalité, aucune organisation n'a signé. L'UIC a royalement pris une décision unilatérale à ... 0,3%.


GPEC
L'accord de GPEC arrivait à son terme. Sa renégociation a permis à la CFE-CGC de faire intégrer les nouveaux éléments de la dernière loi de formation et de la BDES. Cet accord a été signé par la CFE-CGC, la CFDT et la CFTC.


Réécriture de la CCNIC
De nouveaux éléments de la jurisprudence ont conduit la délégation CFE-CGC, après rencontre de nos juristes fédérale et confédérale, à faire du maintien du principe des avenants tels qu'ils existent dans la CCNIC un point incontournable. L'UIC a finalement accepté le principe mais semble attendre "un retour" en échange, ce qui est totalement inacceptable au nom du droit constant. Nous ne sommes pas en effet dans une phase de renégociation mais de réécriture à droit constant.


Prochains sujets à négocier
Les prochains sujets à l'ordre du jour sont l'intégration des CQP dans les classifications et la structure salariale.


Frais de santé
L'accord frais de santé a été étendu sans réserve (publication au JO le 19/3). L'accord, qui prévoit notamment une participation de 22,5€ par mois et par salarié s'applique donc à l'ensemble des entreprises de la branche.

  • Apex
  • INPC