CHIMIE

Formation
La CFE-CGC a signé l'accord formation avec la CFDT et FO. Le point dur des négociations a été de faire respecter les principes d'application du Compte Personnel de Formation (CPF), l'UIC ayant clairement montré la volonté patronale d'utiliser ce nouvel outil de la formation de manière dévoyée (comme cela a été fait pour le DIF) dans le cadre du plan de formation. Les DS de la chimie doivent être très vigilent sur ce point dans leur entreprise.


Salaires
Pour la CFE-CGC, le faible niveau d'inflation était l'occasion de diminuer le complément de salaire des avenants 1 en augmentant sensiblement la valeur du point. Il était également possible de redonner une bouffée d'oxygène à l'encadrement en augmentant celui-ci plus que le PMSS (1,3%).
L'UIC est arrivée (en fin de négociation !) péniblement à un 0,6%, occultant même pour la première fois l'hypothèse de base qu'a toujours été l'inflation prévisionnelle de la loi de finance (0,9%). Elle n'avait pas le mandat !
En finalité, aucune organisation n'a signé. L'UIC a royalement pris une décision unilatérale à ... 0,3%.


GPEC
L'accord de GPEC arrivait à son terme. Sa renégociation a permis à la CFE-CGC de faire intégrer les nouveaux éléments de la dernière loi de formation et de la BDES. Cet accord a été signé par la CFE-CGC, la CFDT et la CFTC.


Réécriture de la CCNIC
De nouveaux éléments de la jurisprudence ont conduit la délégation CFE-CGC, après rencontre de nos juristes fédérale et confédérale, à faire du maintien du principe des avenants tels qu'ils existent dans la CCNIC un point incontournable. L'UIC a finalement accepté le principe mais semble attendre "un retour" en échange, ce qui est totalement inacceptable au nom du droit constant. Nous ne sommes pas en effet dans une phase de renégociation mais de réécriture à droit constant.


Prochains sujets à négocier
Les prochains sujets à l'ordre du jour sont l'intégration des CQP dans les classifications et la structure salariale.


Frais de santé
L'accord frais de santé a été étendu sans réserve (publication au JO le 19/3). L'accord, qui prévoit notamment une participation de 22,5€ par mois et par salarié s'applique donc à l'ensemble des entreprises de la branche.

La CFE-CGC Chimie est satisfaite de la reprise dans l'accord formation soumis à signature de la plupart de ses revendications. Le texte final ressemble de ce fait peu au projet initialement présenté par l'UIC. La simplification demandée et obtenue donne une visibilité accrue du texte, permettant ainsi de mieux focaliser sur les points importants et les engagements de la branche.

Le compte n'y est pas pour la CFE-CGC Chimie dans le projet d'accord pour l'emploi proposé à la signature par la chambre patronale de la Chimie.

La CFE-CGC Chimie aurait pu comprendre qu'il soit difficile de s'engager au niveau d'une branche professionnelle sur un niveau d'emploi : ce sont les entreprises qui embauchent ! C'est pourquoi elle avait proposé lors des négociations d'intégrer d'autres éléments incontournables pour la compétitivité des entreprises, leurs développements, et par conséquence un effet positif sur l'emploi. Rien n'a été retenu concernant les investissements, la R&D, le partage de la valeur ajoutée, les systèmes de classification et de rémunération, le dialogue social...

Alors que débute aujourd'hui la négociation de l'accord formation dans la branche chimie, la CFE-CGC Chimie n'a déjà plus aucun doute sur le projet du patronat d'utiliser le Compte Personnel de Formation (CPF) pour remplacer le plan de formation.

Les négociations de branche de ce jour viennent conforter le ressenti perçu en CPNE par la CFE-CGC Chimie lors de l'élaboration des listes de formation éligibles au CPF, en particulier celles à inscrire à l'inventaire : Faire basculer les formations du ressort du plan de formation au titre du CPF.

Il aura fallu presque 2 ans et pas loin de 20 réunions pour arriver à sortir au niveau de la branche Chimie un semblant d'accord "frais de santé".
L'ANI du 11 janvier 2013, la loi en découlant, les divers aller et retour entre les projets gouvernementaux et le Conseil Constitutionnel sur le forfait social, ... tout est venu constamment polluer la négociation. De la désignation, rendue impossible, nous sommes passés à la co-recommandation, elle même plombée par les incertitudes concernant la majoration du forfait social pour les entreprises ayant déjà mis en place une couverture frais de santé. Le projet en discussion à l'heure actuelle sur les contrats responsables est venu encore un peu plus perturber les débats.

 

  • Apex
  • INPC