Imprimer

La branche plasturgie a commencé ses négociations annuelles obligatoires pour notamment convenir de la revalorisation des salaires minima pour 2017.

Si les publications de la Fédération de la Plasturgie témoignent d'une situation économique très satisfaisante de la branche (panorama 2016 de la plasturgie), la chambre patronale se montre moins optimiste quand il faut négocier les salaires. Depuis quelques années,

elle consent à appliquer une augmentation des minima équivalente à l'inflation en gardant le premier coefficient au niveau du SMIC.

La CFE-CGC demande qu'au moins une partie des gains de productivité réalisés depuis 2004 soit prise en compte dans les salaires d'accueil. Elle propose aussi de convenir d'une méthode pour mesurer et corriger les inégalités de revenus qui hélas perdurent entre les hommes et les femmes dans les entreprises puisque la loi Travail reconnaît le rôle prééminent de la branche dans ce domaine. La réponse en décembre prochain.