PLASTURGIE

Trois réunions de la CMP ont permis d'avancer sur les textes en cours de négociations sur la prévoyance, le forfait en jours, les périodes d'essai et indemnités de licenciement. Mais le seul texte qui ait abouti à un accord pendant cette période est celui de la révision des salaires minimum du 5 septembre signé par la CFDT et la CFE-CGC. La CFTC s'est abstenue pendant que la CGT et la CGT-FO faisaient valoir leur droit d'opposition.

Le texte est en attente d'extension.

Les discussions sur la prévoyance continuent de progresser sans qu'il soit possible pour le moment de donner une idée du contenu de l'éventuel texte d'accord. Pour autant, plusieurs OSS ont milité pour que l'on sélectionne dès à présent l'organisme qui serait retenu dans le cadre d'une recommandation ou d'une désignation. Ce sont finalement MUTEX et ADEÏS qui devront se partager le marché selon des modalités qui restent à définir.

Pendant ce temps, la crise se fait sentir, en particulier dans l'automobile et la construction, sans qu'il soit possible de mesurer l'étendue des dégâts. Au moins les organisations patronales font-elles entendre les trémolos habituels, avec pour preuve, cette fois-ci, les tableaux faisant état d'un nombre de défaillances d'entreprises trois fois supérieur à celui des créations en 2010, en oubliant soigneusement de rappeler que sur la même période le CA France progressait de 10,8%.

La plasturgie française a besoin de se concentrer pour augmenter le nombre moyen des salariés par entreprise ; c'est ce qui semble se passer.

Nous attendons les chiffres de 2011, mais nous savons déjà que les effectifs se sont contractés d'environ 3000 salariés (sur 140 000). L'inquiétude nait essentiellement de l'absence de visibilité, les commandes tombant tardivement.

2012 ne devrait pas être plus engageante, mais l'expérience n'ayant pas souvent confirmé les prévisions pessimistes des organisations patronales, l'indice de crédibilité ne peut être qu'assez faible.

La Commission Mixte paritaire portant sur la Prévoyance et les Salaires  dans la Plasturgie,  s'est réunie le 5 septembre 2012 .

La CFE-CGC a signé l'accord Salaires.

Lire le compte rendu de la réunion

Accord salaires du 5  Septembre 2012

Cette commission paritaire mixte avait pour ordre du jour la formation et le financement du paritarisme

 Lire le compte rendu

 

Après plusieurs mois de discussion, l'accord du 23 mai 2012 relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie dans les entreprises de la plasturgie a été signé par la CFE-CGC, la CFTC et la CFDT . Les signataires entendent donner « une très forte impulsion à la politique de formation de la branche, comme un levier de développement des entreprises et des compétences et des qualifications des salariés dans la profession ».

Cet accord permet d'améliorer les dispositions du dernier accord Formation signé en 2004 en proposant notamment :

- un DIF de 25 h au lieu de 20 ;

- une amélioration de la rémunération des contrats de pro et d'apprentissage ;

- une prime «tutorale»,

- la prise en compte de formations syndicales dans les DIF ;

- la prise en compte du temps de trajet

Le premier Conseil d'Administration de l'OPCA DEFI s'est tenu le 5 janvier 2012. Il fut l'occasion d'une âpre discussion pour préserver le préciput que les nouvelles dispositions légales assorties aux appétits patronaux menaçaient d'amputer de façon dramatique en diminuant le pourcentage des prélèvements opérés désormais sur les décaissements, et non plus sur la collecte, et en excluant les versements volontaire de l'assiette de son calcul.

La COM (Convention d'Objectifs et de moyen) a été signée avec le Ministère en février.

Depuis le début de l'année, les réunions paritaires ont essentiellement traité du futur accord formation de la Plasturgie qui devrait probablement aboutir à une signature avant le mois de juin. Nous travaillons dans le même temps à une nouvelle définition des CQP de la Plasturgie.

Les discussions sur la pénibilité sont demeurées infructueuses.

L'autre sujet porte sur la négociation d'un accord de mise en place d'une prévoyance pour la branche.

Nous en sommes au stade de l'appel d'offre à laquelle ont répondu 8 organismes. L'analyse des dossiers d'offre a déjà justifié une première réunion technique début mars. L'étape suivante consistera à la présentation des dossiers par les candidats.

Le principal motif de désaccord possible que nous identifions tient au fait que les patrons n'envisagent pas que l'accord prenne une autre forme que celle d'une recommandation alors que les OSS exigent une désignation.

En fin d'année dernière, le syndicat patronale ELIPSO (Entreprises de l'emballage Plastique et souple) s'est séparé de la Fédération de la Plasturgie dont il était le deuxième adhérent en importance.

Cet évènement a fragilisé l'organisation patronale qui reste la seule représentative au niveau nationale.

Il semble également avoir motivé la fédération de la plasturgie à négocier sur le financement du paritarisme, négociation que nous avions appelée de nos vœux sans succès jusqu'alors...

ELIPSO qui est un syndicat national, ne semble pas avoir entrepris de démarche visant à faire reconnaître sa représentativité.

  • Apex
  • INPC