PLASTURGIE

Le premier Conseil d'Administration de l'OPCA DEFI s'est tenu le 5 janvier 2012. Il fut l'occasion d'une âpre discussion pour préserver le préciput que les nouvelles dispositions légales assorties aux appétits patronaux menaçaient d'amputer de façon dramatique en diminuant le pourcentage des prélèvements opérés désormais sur les décaissements, et non plus sur la collecte, et en excluant les versements volontaire de l'assiette de son calcul.

La COM (Convention d'Objectifs et de moyen) a été signée avec le Ministère en février.

Depuis le début de l'année, les réunions paritaires ont essentiellement traité du futur accord formation de la Plasturgie qui devrait probablement aboutir à une signature avant le mois de juin. Nous travaillons dans le même temps à une nouvelle définition des CQP de la Plasturgie.

Les discussions sur la pénibilité sont demeurées infructueuses.

L'autre sujet porte sur la négociation d'un accord de mise en place d'une prévoyance pour la branche.

Nous en sommes au stade de l'appel d'offre à laquelle ont répondu 8 organismes. L'analyse des dossiers d'offre a déjà justifié une première réunion technique début mars. L'étape suivante consistera à la présentation des dossiers par les candidats.

Le principal motif de désaccord possible que nous identifions tient au fait que les patrons n'envisagent pas que l'accord prenne une autre forme que celle d'une recommandation alors que les OSS exigent une désignation.

En fin d'année dernière, le syndicat patronale ELIPSO (Entreprises de l'emballage Plastique et souple) s'est séparé de la Fédération de la Plasturgie dont il était le deuxième adhérent en importance.

Cet évènement a fragilisé l'organisation patronale qui reste la seule représentative au niveau nationale.

Il semble également avoir motivé la fédération de la plasturgie à négocier sur le financement du paritarisme, négociation que nous avions appelée de nos vœux sans succès jusqu'alors...

ELIPSO qui est un syndicat national, ne semble pas avoir entrepris de démarche visant à faire reconnaître sa représentativité.

PREVOYANCE ET PENIBILITE

Prévoyance

Depuis longtemps les Organsiations syndicales demandaient à négocier un accord de prévoyance qui permettrait à tous les salariés de la branche de bénéficier d'un minimum de protection en matière de prévoyance.

Les cadres font déjà l'objet de ce type d'assurance au titre de la convention collective nationale de retraite et de prévoyance des cadres du 14 mars 1947.

Le travail a été dégrossi à l'occasion de groupes paritaires de travail pour tâcher de convenir d'un cahier des charges pour lancer un appel d'offre.

Les discussions buttent évidement sur le niveau de protection, mais aussi sur le fait que les organisations syndicales souhaiteraient que l'accord impose un ou deux prestataires alors que l'organisation patronale voudrait laisser les employeurs libres de leur choix, ce qui interdirait tout contrôle du respect de l'accord, alors qu'un ou deux prestataires désignés pourraient procéder à l'appel des cotisations et s'assurer que toutes les entreprises on bien souscrit une assurance conformément à l'accord.

Présents :  Christine Sorensen, Christophe Coquelet, Didier Larrieu, Gérard Lepierres & Sylvain Dido.

Ordre du jour : Salaires 2011 ; Pénibilité ; Séniors ; Contrat de professionnalisation

Salaires 2011 … ou les petits pas… sur place.

En début de séance, la délégation patronale distribue la copie d’une page de pub passée dans le Figaro qui accuse certains chimistes de créer une pénurie de matières premières pour en faire grimper les prix, mettant ainsi en péril toute une branche professionnelle.

Les OSS ont dans l’ensemble jugé malheureuse cette initiative qui consiste à accuser publiquement une autre branche professionnelle d’être responsable des difficultés de nos entreprises en soulignant que les représentants patronaux de ses deux branches adhèrent au MEDEF, organisation au sein de laquelle elles pourraient discuter de leurs problèmes.

Nous regrettons par ailleurs que ce constat alarmiste et récurent sur le coût des matières premières soit perpétuellement ravivé au moment où nous devons négocier le niveau des minima de la branche, comme pour nous préparer à voir de nouveau nos salaires servir de variable d’ajustement.

La Fédération de la Plasturgie avait également communiqué quelques chiffres censés nous renseigner sur la santé de la branche : (CA, nb de salariés, coûts matière…). Nous regrettons toutefois que des éléments indispensables pour juger objectivement de cette santé - résultats, les coûts de main d’œuvre, la valeur ajoutée…- ne soient  pas communiqués.

Présents : Anthony Chêne, Christophe Coquelet, Didier Larrieu & Sylvain Dido.

           

Ordre du jour : Salaires 2011/2012 ; Ancienneté ; Contrat de professionnalisation

 

Projet d’accord de révision de la grille des salaires 2011/2012

Le dernier projet d’accord de révision de la grille des salaires propose une augmentation différenciée applicable en septembre correspondant à 2% pour les trois premiers coefficients et 1,5% pour les autres, laquelle serait suivie d’une révision équivalente à +0,5% au 1er janvier 2012 puis +0,5% au 1er mai 2012.

Le principe de cette augmentation différenciée voulait à l’origine répondre à l’augmentation du SMIC attendue au 1er juillet, l’objectif étant de maintenir tous les minima de la grille au dessus du SMIC.

Présents :  Anthony Chêne, Christophe Coquelet, Gérard Lepierres & Sylvain Dido.

Ordre du jour : Salaires 2011 ; Pénibilité ; Séniors ; Contrat de professionnalisation

Salaires 2011 … ou comment une réunion tourne court.

La délégation patronale reprend une démonstration déjà faite en groupe de travail expliquant que depuis 2004, les salaires minima du premier collège ont suivi le cours de l’inflation, ce qui n’est pas le cas de ceux de l’encadrement qui ont évolué plus lentement encore : (Les chiffres en rouge du tableau ci-dessous n’ont pas suivi l’inflation depuis 2004 au moment où les accords sont signés.)

Le constat est hélas conforme à nos observations, mais la délégation patronale qui reconnaît le retard pris ne semble pas décidée à rétablir les écarts hiérarchiques convenus en 2004.

Elle propose néanmoins de regrouper les NAO 2011 et 2012 dans un même accord qui pourrait être discuté d’ici la fin 2011, principe que nous acceptons si 1+1=2 (et non 1).

Mais l’offre n’est pas claire, car la délégation patronale veut mêler une augmentation  de 0,4% jugée dérisoire à un discussion sur la mise en place d’une prévoyance que les OSS veulent séparer de la discussion sur les salaires.

L’évocation d’un treizième mois dont on comprend qu’il servirait davantage compenser un avantage déjà existant dans la moitié des entreprises met le feu aux poudres :

Les 5 OSS qui obtiennent une réponse négative quand elles demandent de négocier uniquement la revalorisation de la grille, en attendant que le groupe de travail avance sur la politique de rémunération, décident de quitter la réunion en signe de protestation.

Les autres sujets inscrits à l’ordre du jour ne seront pas traités.

Sylvain Dido,

Représentant de Branche

évolution des minima en €




accord 16/12/2004

accord 19/01/2006

accord 17/03/2008

accord 25/02/2010

accord 08/12/2010

700

1215

1235

1281

1344

1369

710

1234

1254

1296

1352

1377

720

1264

1285

1327

1370

1395

730

1324

1345

1388

1433

1458

740

1396

1418

1462

1509

1534

750

1492

1515

1560

1611

1636

800

1600

1624

1670

1726

1751

810

1732

1758

1804

1866

1892

820

1906

1934

1982

2051

2080

830

2068

2098

2147

2192

2223

900

2482

2517

2569

2631

2668

910

2608

2644

2698

2765

2804

920

2998

3039

3096

3179

3224

930

3898

3949

4014

4134

4192

940

4858

4920

4993

5154

5226

  • Apex
  • INPC