La coordination CFE-CGC Solvay a réalisé un montage vidéo en interviewant les adhérentes et adhérents sur le thème « En quelques mots, que dirais-tu de la CFE-CGC ? ».

Découvrez ce montage sur la chaîne YouTube de la CFE-CGC Solvay :

https://youtu.be/W3ACISXK-FA

Contact : Laurent Daoud – laurent.daoud@solvay.com

FondsIni.png

L’équipe de la Fédération CFE-CGC Chimie vous adresse ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année qui débute à vos côtés :https://youtu.be/-eA7ZmiXj0I

Image communique LEEM 102021 003 

Après les négociations avec les Organisations Syndicales représentatives de l’industrie pharmaceutique, le LEEM propose une revalorisation des minima conventionnels de la branche de seulement 2,2%.

La CFE-CGC avait demandé une revalorisation de l’inflation plus 1 point, soit un petit point de croissance sur une l’inflation des prix à la consommation de 2.6% à fin octobre en France en 2021, soit 3,6%. La proposition patronale est par conséquent inacceptable, et ceci pour les raisons suivantes :

1. Tout d’abord, comme le précise son négociateur de branche, François Reyrolle, «il s’agit de négocier les minima conventionnels, c’est-à-dire la grille des salaires des salariés les moins payés dans une industrie extrêmement prospère. Avec celle du luxe, l’industrie pharmaceutique est l’une des plus rentable en France, de plus elle n’a pas souffert durant la crise de la Covid ».

2. La CFE-CGC ne peut pas accepter qu’à date, en janvier 2022, ces salariés se verront amputer d’une partie de leur pouvoir d’achat avec une progression en deçà de l’inflation qui est galopante. De plus, cette industrie a obtenu des subventions publiques permettant de financer l’innovation. En dépit de cela, la branche n’assure même pas aux salaires les plus faibles un maintien du cout de la vie.

3. Le LEEM, organisation patronale de l’industrie pharmaceutique, ne tient aucunement compte de l’injonction du gouvernement d’accorder aux salariés une augmentation suffisante pour faire face à l’inflation actuelle.

4. 2,2% c’est la hausse qui a été accordée pour le SMIC en juillet 21 avec effet en octobre pour tous les secteurs. Dès Octobre, les salariés classifiés au premier niveau de la classification de la convention collective de l’industrie pharmaceutique auront un niveau de rémunération inférieur au SMIC. Ce salaire minimal est désormais rattrapé par le SMIC qui a bénéficié au fil des ans de hausses plus importantes que celles allouées par l’industrie pharmaceutique…

5. Ce fait reflète bien la symptomatique d’une industrie qui cherche à rogner même sur les plus bas salaires, pour s’assurer des marges toujours croissantes dans ce monde du médicament.

6. Ces minima ne sont quasi pas d’actualités fort heureusement dans le monde des « Big Pharma », mais ils sont imposés par ces colosses de l’industrie pharmaceutique auprès de leurs sous-traitants qui fabriquent pour leur compte le médicament, tellement le prix d’achat du produit fini proposé par ces firmes est bas. C’est donc chez ces façonniers que se concentre la majorité des salariés aux minima conventionnels.

Si le comportement de la grande distribution est souvent dénoncé avec des politiques commerciales agressives auprès des sous-traitants, celle des acteurs majeurs du secteur du médicament n’est pas en reste. Des marges colossales sont réalisées ensuite par ces donneurs d’ordre.

La CFE-CGC demande ici une meilleure redistribution des profits au travers d’une revalorisation décente des salaires minima par classification.

Le LEEM doit s’engager dans une véritable négociation salariale responsable qui reconnaitra à la fois l’investissement des salariés mais devra rendre également ce secteur attractif suite aux annonces de l’état affichant une volonté de réindustrialiser ce secteur du médicament dans notre pays.

La CFE-CGC défend sans relâche le pouvoir d’achat des salariés. Nous refusons de concourir à l’appauvrissement des salariés de la branche de l’industrie pharmaceutique en signant un accord, qui, bien qu’augmentant la valeur des minima conventionnels, ne permettrait pas de compenser l'inflation galopante. Les 2,2% proposés par le patronat sont de fait très en-deçà de la demande de la CFE-CGC de préservation du pouvoir d’achat.

La Fédération CFE-CGC Chimie, qui couvre la branche de l’industrie pharmaceutique, déplore cette attitude inique de la part de certains dirigeants qui pèsent lourd dans l’instance de cette branche et rappelle que ce sont les salariés qui constituent la richesse d’une entreprise. Ils méritent à ce titre une considération nettement plus juste.

Par conséquent, la CFE-CGC ne signera pas cet accord.

 

Contact : François REYROLLE
Représentant de la Branche Industrie Pharmaceutique
06 08 26 42 42
francoisreyrolle@yahoo.fr

 

Dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire de 2022, la CFE-CGC Sanofi a rencontré pour la troisième foisla direction lundi 13 décembre. Lors de cette réunion, la direction a exposé aux organisations syndicales ses dernières propositions.

Pour la CFE-CGC Sanofi, les mesures proposées par la Direction ne répondent aucunement à l'attente des salariés. Année après année, Sanofi poursuit sa politique consistant à réduire sa masse salariale et les salaires pour augmenter sa profitabilitéSi les dirigeants de Sanofi "jouent pour gagner", les salariés, eux, continuent de perdre du pouvoir d'achat avec une inflation prévisionnelle de 2.8 % en 2021.

Plus d’informations sur le blog internet de la CFE-CGC Sanofi :

https://www.cfecgcsanofi.org/post/face-%C3%A0-une-inflation-de-2-8-sanofi-conc%C3%A8de-1-d-augmentation-collective

 

MM

 

8 octobre 2021 - Portrait de Marielle Martiny

Ci-après le portrait de Marielle Martiny, membre de la coordination CFE-CGC Solvay, du bureau de la Fédération CFE-CGC Chimie et du Haut Conseil à l'Egalité entre les Femmes et les Hommes.

Ce portrait démontre, s'il en était besoin, que l'engagement syndical à la CFE-CGC n'entrave pas, loin s’en faut, la progression de carrière.

Portrait de Marielle Martiny

 

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScript61e7e32a933eeReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.