Communiqués de presse

Le 21 décembre 2017, la chambre patronale et la CFDT de la chimie ont signé un accord sur les salaires minima de la branche.

Les organisations syndicales FO, CFE-CGC et FNIC-CGT, majoritaires dans la branche, s’opposent fermement à cet accord :
D’abord parce qu’il est inacceptable que des salaires minima en arrivent à être inférieurs au SMIC ! En effet, pour la première fois depuis au moins 2006, la grille salariale met le coefficient 130 en dessous du SMIC dès son entrée en application au 1er janvier 2018, alors que chacun des négociateurs savait, depuis le 15 décembre 2017, le montant de la revalorisation du SMIC annoncée par le gouvernement. Dans ces conditions, signer un accord d’augmentation du point de référence au calcul des salaires minima à un niveau inférieur à celui du SMIC revalorisé est clairement révélateur d’une volonté d’abaisser les salaires de la branche

Une nouvelle année commence.
Je vous souhaite ainsi qu’ à vos proches une année 2018 belle, heureuse, des rencontres enrichissantes , des projets plein la tête et de l’énergie pour les réaliser.
Que 2018 vous apporte la réussite et le succès dans vos projets tant individuels que collectifs.
Excellente année 2018 à tous.

 

Malik GUEYE
Président de la CFE CGC Chimie

Merial est un fleuron de la santé animale avec 2500 salariés en France. Merial a cependant été cédé par Sanofi à la compagnie allemande Boehringer Ingelheim (BI) le 31 Décembre 2016 pour constituer BIAH (Boehringer Ingelheim Animal Health), avec l’engagement de garder en France l’intégralité de l’effectif de Merial jusqu’à fin 2018 et des promesses de cohérence stratégique.

A Lyon, les salariés de Merial comptaient donc y voir maintenir l’expertise et la capacité de décision indispensables à notre fonctionnement. Cependant, aujourd’hui, la délocalisation de plus de 200 postes à haut niveau de technicité et d’expérience hors de Lyon, vers l’Allemagne et hors du continent européen est envisagée. Au-delà du désastre social, cela constituerait de facto la disparition irrémédiable de l’expertise régionale et nationale en matière de stratégie, leadership, marketing, études de marché, services techniques et affaires réglementaires dédiés à la médecine et à la pharmacie vétérinaire.

15 mois de prison avec sursis et 10 000 € d’amende pour Serge BIECHLIN, le directeur de l’usine et amende maximum pour la société Grande Paroisse…
Ainsi, bien que les scientifiques aient démontré, lors de l’audience, l’erreur de l’expertise officielle, bien que l’Avocat Général ait lui-même reconnu cette erreur, le tribunal est passé outre.

Par incompétence technique ou par pusillanimité, le tribunal a refusé toute nouvelle expertise fondée sur des éléments techniques que nous lui avions fournis , et prononcé, sans grande conviction semble-t-il, des condamnations….

S’il n’y a pas de suite à ce verdict, le dossier AZF rejoindra la liste des dossiers « non élucidés » que la justice collectionne.
C’est désolant pour notre pays…. !

 

Une fois de plus, une entreprise du secteur de la chimie est épinglée par les juges pour non-respect de la convention collective des industries chimiques.

A compter de 2014, la direction de Solvay a décidé de mettre fin aux augmentations générales (AG) de salaires pour toutes les catégories de salariés et de ne les réserver qu’aux salariés dont le coefficient hiérarchique est inférieur à 325.

La CFE-CGC a dénoncé immédiatement une volonté déguisée d’exclure les cadres des AG attribuées aux autres salariés de l’entreprise, en tentant de contourner les dispositions relatives aux Ingénieurs et Cadres (article 18-4) de la Convention Collective de la branche, selon lesquelles « Toute hausse de caractère général appliquée dans un établissement sur les rémunérations des autres catégories de salariés se répercute dans le même pourcentage sur les rémunérations des cadres de cet établissement, à l’exception des participations au chiffre d’affaires ou aux bénéfices ».

  • Apex
  • INPC